Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 décembre 2010 1 20 /12 /décembre /2010 21:48

9782226167187mVoici un livre que j’ai découvert grâce à une réunion des dévoreurs de livres de Signy l’Abbaye. J’avais été déçue par le dernier (et unique) Van Cauwelaert, «  La nuit dernière au XVe siècle  » que j'avais lu. Mais, je me suis laissée séduire sous les conseils avisées de Sandrine, une des dévoreuses.

Elle m’avait promis trois nouvelles qui se répondaient, trois histoires où se mêlent fantastique et histoires de familles.

Effectivement, trois histoires mettant en scènes différents personnages d’une même famille (bon d’accord sur la dernière nouvelle, le membre de la famille n’est pas celui qu’on croit) se percutent dans ce roman tout à fait atypique.

La quatrième de couverture résume bien les situations de chaque nouvelle :

 

 « Un écrivain harcelé par l’étudiante qui lui consacre une thèse, un peintre qui s’accuse de tuer les femmes à distance avec ses pinceaux, une maison qui envoûte jusqu’à la folie ceux qui s’y attachent…

Faut-il résister à l’attirance ?

Et si l’on cède, st-ce pour se fuir ou pour se trouver ?

Liées par un même secret, l’histoire de trois passions vénéneuses où culmine le talent d’un des plus grands auteurs français d’aujourd’hui. »

 

Cet ouvrage… livre… recueil de nouvelles ? Non, ce roman, car pour moi, c’est un roman, qui a son unité. Il est divisé en trois parties distinctes, numérotées et titrées :

1. Vous êtes mon sujet (40 pages),

2. Attirance (74 pages)

3. La maîtresse de maison (118 pages)

Bon, je m’abstiendrai de faire remarquer aux non mathématiciens (littérature et maths ne font pas bon ménage, paraît-il ? Par esprit de contradiction, j’ai épousé un prof de maths) que la seconde partie fait prés du double de la première, et la troisième le triple de la troisième… une intrigue qui s’intensifie, se densifie au fur et à mesure qu’on avance dans les récits.

Le narrateur de la première « nouvelle » s’exprime à la première personne du singulier, c’est un personnage central, voir « Le » personnage, celui sans lequel rien ne serait arrivé.

Puis progressivement, on s’éloigne, Delphine, après une brève apparition dans le premier récit, devient le pivot de cette histoire. Elle n’est là que pour mettre en valeur le second personnage de cette partie : le peintre.

On retrouve tout ce petit monde, mais en touche, presque impressionniste, dans la dernière partie. Ici, le « héros » est totalement extérieur à cette famille maudite. Ce n’est qu’un simple vacancier, tombé dans le guet-apens venimeux du charme d’une maison.

La dernière partie éclaire alors la première et la boucle est bouclée.

Si, j’ajoute que l’écriture est fluide, tous les ingrédients sont réunis pour passer un excellent moment.

Ne boudez pas votre plaisir et laisser vous tenter par ces « Attirances » sans modération…

Partager cet article

Repost 0

commentaires

A découvrir !

Visitez le site www.virginielauby.com

Cliquez sur les images pour en découvrir les premières pages... 

hantise

  lemouroir[1]

Edité chez Ex-Aequo , en format numérique aussi !


1ere-couverture-Nannig-copie-1.jpg

Réédité chez Chloé des Lys

Recherche