Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 septembre 2010 5 10 /09 /septembre /2010 19:56

kinsellaJ’avais eu ce livre en cadeau avec l’achat de deux Pocket (c’était la promo de l’été) Je m’étais dit, un Madeleine Wickham (alias Sophie Kinsella), c’est une valeur sûre. Je ne m’étais pas penchée sur la quatrième de couverture car le livre ne m’était pas accessible avant de faire mon choix (les limites de la promo sans doute), de toute façon, cela n’aurait fait que renforcer mon jugement :

 

« Quoi de plus sympathique qu’un week-end à la campagne avec des amis perdus de vue pour évoquer le bon vieux temps ? C’est ainsi que les anciens de Seymour Road se retrouvent dans la superbe maison de Patrick et Caroline. Au menu : tennis, cocktails et fonds  d’investissement. Sur la pelouse, chacun sort son plus beau jeu : un bronzage satiné, un revers lifté, une enfant surdouée, un projet d’hôtel…

Mais les choses vont rapidement tourner au vinaigre. Malgré la joie affichée, les années ont écorché la belle complicité d’autrefois. Pire, cette plongée dans le passé va obliger chacun à comparer sa situation à celle des autres et à ses rêves de jeunesse. Au programme : jeu set et baffes ! »

 

Un joli programme pour un roman d’été, non ?

Juste avant de commencer la lecture, prise d’un doute idiot, j’ai pianoté sur internet pour avoir quelques ressentis d’autres lecteurs. Je n’aurais pas dû. Beaucoup d’avis négatifs, livre manquant d’humour, pas intéressant, loin de l’ambiance de L’accro du shopping… Je me suis dit « tant pis, tu l’as, tu le lis ! ».

 

C’est le premier roman de Sophie Kinsella, datant de 1995 (soit 7 ans avant le premier Accro du shopping). Normal donc qu’on ne soit pas dans la même atmosphère.

Effectivement, c’est moins drôle. Mais c’est aussi bien (n’en déplaise aux accros), peut-être mieux. J’ai toujours un peu de mal à entrer dans les Accros, la pauvre Becky si superficielle dont les maladresses nous font rire. Ici, chacun peut se retrouver dans un personnage, il y en a suffisamment. Que se soit Patrick, le courtier parvenu ou sa femme Caroline, qui ne s’est pas tant éloignée de ses origines que ça ; ou Stephen, le quadra ivre de reconnaissance intellectuelle qui lâche son boulot pour reprendre sa thèse, soutenu dans sa démarche par son épouse la simple et douce Annie (oui, chez moi, elle s'appelle "Annie" et non "Alice" comme sur  l'illustration) ; ou Cressida, la snob née dans les culottes d’un prince, épousée par un arriviste qui a vu surtout la beauté de son argent ; ou, le père Don et sa fille Valérie, à la vulgarité bourgeoise ; ou, enfin, Ella la délaissée qui vient mettre un terme à une histoire mal digérée… Choisissez, il y en a pour tout le monde !

Non, ce n’est pas drôle, c’est acerbe, caustique et tellement vrai… on s’y croirait !

Voilà un livre plus profond qu’il n’y parait, qui nous fait explorer les intimités des individus, et pourquoi pas à nous regarder dans un miroir…

Partager cet article

Repost 0

commentaires

patacaisse 12/09/2010 20:20


Voici une lecture intéressante. Personnellement j'ai eu du mal avec l'accro du shopping que j'avais beaucoup de mal à comprendre.


vhs 12/09/2010 21:16



 J'ai aussi du mal à comprendre le comportement de l'accro. Ici, la psychologie des personnages est beaucoup plus fouillée, pas de comique de situation mais des portraits au
vitriol. Franchemeent, j'ai passé un bon moment.



A découvrir !

Visitez le site www.virginielauby.com

Cliquez sur les images pour en découvrir les premières pages... 

hantise

  lemouroir[1]

Edité chez Ex-Aequo , en format numérique aussi !


1ere-couverture-Nannig-copie-1.jpg

Réédité chez Chloé des Lys

Recherche