Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 janvier 2013 3 09 /01 /janvier /2013 21:15

un miracle d'équilibreQuatrième de couverture :

Loin des clichés, Lucia Etxebarria livre, à travers cette longue lettre d'une jeune mère à sa fille, une réflexion jubilatoire sur la féminité actuelle. Tour à tour drôle, piquante et poétique, elle lui parle des désirs multiples et parfois contraires qui tiraillent le cœur de la femme moderne : être indépendante, attirante, active, aimante exemplaire, l'une après l'autre ou toutes à la fois. Elle lui parle aussi de ses doutes l'écrivain, de l'inspiration capricieuse et de la cavalcade impatiente des idées et des mots. Ce roman bourré d'humour et d'émotion a reçu le prestigieux prix Planeta, équivalent espagnol du prix Goncourt.

 

Sophie m’a prêté ce livre cet été en m’en disant le plus grand bien. La couverture ne m’attirait pas, mais je sais qu’il ne faut pas se fier aux emballages, ce ne sont pas les plus alléchants qui ont un contenu des plus digestes, je suis donc passée au-delà de mes préventions pour me plonger avec délice dans les affres de la maternité.

Comme l’indique la quatrième de couverture, la narratrice, Eva, jeune maman de la petite Amanda, décide d’écrire à sa fille une lettre (ou plutôt un journal, vu la longueur – prés de 400 pages en format de poche) où elle tente d’expliquer son histoire. Dit comme ça, cela peut paraître un tantinet rébarbatif, or ce n’est absolument pas le cas, même si, au départ, il m’a fallu un petit temps d’adaptation (notamment pour comprendre les références hispaniques auxquelles l’auteur fait allusion : qui connait les Los Secretos ?). Mais très rapidement, je suis tombée sous le charme de l’écriture fluide de Lucia Etxebarria  et l’histoire mouvementée d’Eva.

Si le personnage prend la plume sous le fallacieux prétexte d’expliquer qui elle est à sa fille, on comprend assez vite, qu’elle en profite aussi pour faire le bilan. Par des flash-back fréquents, on passe de la réalité (la mère et ses questionnements sur la maternité ou posant un regard sans complaisance sur la littérature ad-hoc) au passé (la jeune femme tourmentée, sous la coupe d’hommes autoritaires, réduite presque à l’état d’objet et qui noie son angoisse dans l’alcool). Progressivement, on voit évoluer la personnalité d’Eva.

Le récit est découpé en trois parties inégales, chacune introduite par une définition d’un mot qui donne le ton de la partie concernée : « Ocytocine » introduit « l’effet Bambi » où Eva décrit ses début dans la maternité (ses doutes, ses joies, ses hormones qui font le yoyo), « Pancréatite » marque le début de la seconde partie « cette vallée de larmes » la plus volumineuse qui alterne des passages actuels et ses retours sur son passé, enfin « Famille » pour « les seules familles heureuses » clôt le roman. Ces trois parties pourraient représenter les trois âges de la vie : enfance, adolescence et adulte.

C’est un roman bouleversant sur la naissance, la difficulté à grandir, sur la maternité et ses ambigüités, sur la fratrie…mais aussi sur la mort et sur la haine.

Merci Sophie de me l’avoir fait découvrir. Le seul problème, c’est que maintenant je vais devoir te le rendre… ou en racheter un ! 

 

Et pour celles et ceux qui voudraient entendre Los Secretos, c'est ici !

Partager cet article

Repost 0
Published by vhs
commenter cet article

commentaires

A découvrir !

Visitez le site www.virginielauby.com

Cliquez sur les images pour en découvrir les premières pages... 

hantise

  lemouroir[1]

Edité chez Ex-Aequo , en format numérique aussi !


1ere-couverture-Nannig-copie-1.jpg

Réédité chez Chloé des Lys

Recherche