Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 mars 2013 5 29 /03 /mars /2013 22:31

230320132253Un salon du livre à Paris, ça se prépare ! La veille, je mets dans mon caddie les livres que je compte bien faire dédicacer, ma liste d’auteurs (avec les horaires et les numéros de stands) et évidemment, des madeleines faites maison…

Départ à 8h30 exactement. La voiture est au complet : mes filles, ma copine Sophie, les caddies remplis de bouquins et les deux boîtes de madeleines !!!

Après 2 heures de trajet sans encombre, nous avons quitté le périphérique encore fluide pour nous engouffrer dans les allées du parc des expos de la porte de Versailles. C’est d’ailleurs dès ce moment qu’on reconnait les habitués : pas une hésitation pour trouver l’entrée du parking R !

Descente des trois étages en ascenseur, petit couloir avec tapis rouge, barrière et agent de sécurité… et en avant !!!

 


230320132254Un premier arrêt auprès du très sympathique Daniel Picouly cerné de journalistes et de caméras. Une petite discussion sur les héritages et une madeleine plus tard, je me dirige avec Sophie vers les éditions Cherche Midi.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mes filles en profitent pour faire le tour des stands jeunesses (Antoon Krings, Marie Despleschin, Jean-Claude Mourlevat… bref, le gratin de chez Gallimard Jeunesse)

230320132267 

Là, on voit tout de suite que certains sont plus occupés que d’autres…

 

Sophie voulant rencontrer Francis Huster (le plus drôle ?),

230320132257

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

230320132255je me suis arrêtée devant le très sympathique Axel de Tarlé qui esseulé a réussi à me vendre La crise est finie (il est très persuasif…). Un vrai optimiste avec qui j’ai parlé boulot un samedi ! Heureusement il y avait quelques madeleines pour se remonter le moral et ce n’est pas le Cherche Midi qui me contredira (je leur ai même laissé la recette !)

 

 

230320132263Après avoir jeté un coup d’œil sur ma progéniture qui patiente dans une file, je pars rejoindre mon camarade de chez Ex-Aequo Patrice Wooley en dédicace pour son livre La dame des brumes paru chez Imperiali Tartaro

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

testamentum-la-prophetie-de-jeanne-d-arcPuis pause déjeuner !!! Nous retrouvons Andras Fenris (je ne le présente plus : l’auteur d’Urban Massaï, Le chevalier du troisième sous-sol et Place défaite) qui vient dédicacer son dernier livre.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Entre temps notre groupe s’est agrandi de Cécile, Guillaume et Florence, si bien que nous sommes 9 à converser, assis en rond, sur le tapis rouge, en mordant dans un sandwich. Nous nous séparons vers 13 heures 30. J’ai confié à Cécile deux exemplaires de Marc Levy, le mien et celui de la médiathèque. Un grand merci à elle qui a fait plus de deux heures de queue !

 

 


230320132268J’abandonne Sophie et Agathe dans la file d’attente pour Gilles Lagardinier pour partir vers le stand du Diable VauvertLà, Bordage parlant avec de gentes dames, je prends mon mal en patience en papotant avec son voisin. Résultat : un livre en plus pas prévu sur ma liste, mais une sympathique rencontre avec Julien Blanc-Gras (j’ai d’ailleurs commencé son roman apocalyptique délirant-dixit l’auteur himself). Petite signature de Bordage puis retour vers le stand Fleuve Noir.

 

 

 

 

230320132269Les filles n’ont pas beaucoup avancé et je comprends vite pourquoi : Gilles Legardinier est un auteur particulièrement proche de ses lecteurs (plutôt lectrices en l’occurrence) et il n’hésite pas à sortir de derrière sa table pour se prêter au jeu des photos !

 

 

 

 

Mais l’heure tourne et il est temps de passer à la suite de ma liste d’auteurs à voir : Douglas Kennedy, Carlos Ruiz Zafon, Jean Teulé… Trop de monde, je renonce. Philippe Delerme, idem.

 


230320132271Plutôt que de perdre du temps, je préfère attendre tranquillement au stand XO l’arrivée du jeune et talentueux auteur de dieu est un pote à moi, j'ai nommé, mesdames et messieurs : Cyril Massarotto

Et comme c’est l’heure du goûter, mes madeleines sont les bienvenues, je lui en laisse quelques-unes ce que ne manque pas de remarquer Florence qui passe dans le coin une demi-heure plus tard : « Oh, j’ai vu tes madeleines sur la table de Cyril Massarotto !».

 

 

 

 

 


L’après-midi s’avance, les jambes commencent à fatiguer.

Je pars de mon côté avec Agathe retrouver les éditions Plon où un attroupement de journalistes m’indique que François Bayrou est bien là. Tant mieux, c’est lui que je voulais voir (on est modem ou on ne l’est pas…). Je prends ma place dans la file qui n’arrête pas de bouger. Je réponds à quelques questions d’une journaliste de France Inter (pensez-vous que François Bayrou écrive lui-même ses livres ? Que pensez-vous de ses qualités littéraires ? Êtes-vous là pour l’homme politique ou l’écrivain ?... De vraies questions de fond…). Je manque de perdre ma place, remonte la file à contre-courant, cadette et caddie derrière moi, fait signer mon exemplaire et m’extrait de la gangue humaine. Ouf!

On passe dans une allée moins fréquentée. J’appelle Sophie pour que nous nous retrouvions, l’heure du départ approchant. Répondeur. Je m’arrête pour lui laisser un message inaudible devant un petit éditeur. Derrière la table, Philippe Vandel. 

 

230320132272

J’avais entendu parler de son livre sur les pourquoi chez Ruquier, aussi lui demande-je s’il avait trouvé pourquoi un bailleur en faisait bailler d’autre. Il n’a toujours pas la réponse. Il croit bon de me préciser que son livre est destiné à un public jeune et qu’il n’y a aucune réponse à connotation… salace.

Mais pourquoi me dit-il ça ? (ce n’est que bien plus tard, sur la route du retour, que je me souviens qu’il présentait le journal du hard sur Canal Plus)

Mon aînée me textote. Elle est devant Philippe Delerme. J’arrive !

Et c’est là que je vis un grand moment de solitude… Pas moyen de retrouver mon livre :mon Envol s’est envolé !

Je sors en vrac, sous les yeux médusés de Philippe Delerme, le contenu de mon caddie. Une trentaine de bouquins et mes boîtes de madeleines (l’une est vide). Impossible de mettre la main sur la nouvelle éditée par le Rocher ! Ayant une petite idée du ridicule de la situation, je ne m’entête pas et me rabats sur Ecrire est une enfance.

Enfin, quand je dis que je ne m’entête pas…

Ayant retrouvé ma tribu dans un coin tranquille, je pars à la recherche de ce fichu bouquin.

Cinquante pages, format A5, ça ne disparait pas comme ça !

Méthodique, je vide intégralement mon caddie, j’en profite pour trier au passage les prospectus qui s’y étaient glissés par inadvertance. Rien…

Finalement, je retrouve l’Envol, planqué entre les pages du Marc Levy que Cécile vient de me rendre. Je pousse un cri de triomphe qui en fait sursauter plus d’un, et refile vers Philippe Delerme (la suite dans un prochain billet où vous découvrirez pourquoi cette dédicace me tenait tant à cœur…)

18H30 : Il est l’heure de se repartir. Une petite hésitation devant la borne de paiement du parking (25 euros la journée, pfff quand même…Merci Sophie !), puis retour sur le périph’, une heure pour rallier l’A4, normal. Les dernières madeleines expirent sous les quenottes des filles…

 

22h30 : Retour maison, dodo…

 

A l’année prochaine !

 

Partager cet article

Repost 0
Published by vhs
commenter cet article

commentaires

A découvrir !

Visitez le site www.virginielauby.com

Cliquez sur les images pour en découvrir les premières pages... 

hantise

  lemouroir[1]

Edité chez Ex-Aequo , en format numérique aussi !


1ere-couverture-Nannig-copie-1.jpg

Réédité chez Chloé des Lys

Recherche