Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 septembre 2014 1 01 /09 /septembre /2014 18:22

aristote mon pereAristote mon Père, Annabel Lyon, éditions la table ronde, paru le 28/08/2014

 

Quatrième de couverture :

 

Pythias, la fille d’Aristote, a été élevée à l’égale des hommes. Elle fait figure d’exception à Athènes, puis en Macédoine où elle est contrainte de s’exiler : c’est elle et non son frère cadet, qui assiste Aristote sans ses travaux, provoque les collègues de son père par ses remarques pointues, et se rêve en philosophe, scientifique ou sage-femme. La mort d’Aristote disperse ses biens et sa famille à travers la Macédoine, laissant Pythias seule, en décalage avec cette société qui nie l’existence d’une conscience féminine, et l’oblige ) se confronter à la réalité d’un monde dont elle s’était toujours tenu écartée.

 

Avis de la page 100 :

 

Pythias fille d'Aristote raconte la vie qu'elle mène dans cette Athènes conquise par les Macédoniens d'Alexandre le Grand. Les personnages sont attachants et on vit au rythme de la maisonnée, partageant rites et mœurs antiques. La page 100 semble marquer un tournant dans le récit :Aristote annonce à sa fille qu'elle va épouser Nicanor de 20 ans son aîné. Comment va réagir cette jeune fille élevée librement mais dont le monde s'écroule brusquement à la mort du roi Alexandre? J'ai hâte de voir sa décision et la réaction de son philosophe de père !

 

Chronique :

Ne cherchez pas la biographie d’Aristote dans ce roman, il n’en n’est pas l’objet. Pythias, fille d’Aristote, a été élevée à l’égal des hommes, ou presque. Elle jouit d’une grande liberté, nage, lit, se livre à la dissection animale et collectionne les squelettes. Elle grandit sans réussir à étancher sa soif d’apprendre et quand sa famille doit fuir Athènes à la mort du roi Alexandre, elle s’adapte à sa nouvelle vie et découvre d’autres facettes de ce monde où les femmes ne jouent qu’un rôle subalterne. A la mort de son père, elle doit faire face à la cruauté de ses contemporains mais aussi se résigner aux dernières volontés de ce père tant aimé.

Roman initiatique dans un monde antique où la mythologie fait partie de la vie courante, le lecteur découvre la vie quotidienne des femmes au côté de Pythias. Utilisant un vocabulaire simple mais efficace, l’auteur sait recréer une atmosphère authentique. Comme sur une scène de théâtre, les décors apparaissent et disparaissent laissant derrière eux une impression onirique : l’apparition de la maison de Chalcis en est un exemple frappant.

La Grèce antique est restituée de manière réaliste. Et on peut y entrevoir des mœurs qui aujourd’hui même sont encore, hélas, en vigueur dans quelques endroits.

Voilà un beau roman, un coup de cœur de cette rentrée littéraire.

Aristote mon père: 19/20

 

 

Pour aller plus loin…

 

Retrouvez les autres critiques sur lecteur.com

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by vhs
commenter cet article

commentaires

A découvrir !

Visitez le site www.virginielauby.com

Cliquez sur les images pour en découvrir les premières pages... 

hantise

  lemouroir[1]

Edité chez Ex-Aequo , en format numérique aussi !


1ere-couverture-Nannig-copie-1.jpg

Réédité chez Chloé des Lys

Recherche