Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 mai 2013 1 20 /05 /mai /2013 20:40

le plus petit baiser"Un inventeur dépressif rencontre une fille qui disparait quand on l’embrasse. Alors qu’ils échangent le plus petit baiser jamais recensé, elle se volatilise d’un coup.  Aidé par un détective à la retraite et un perroquet hors du commun, l’inventeur se lance alors à la recherche de celle qui « fait pousser des roses dans le trous d’obus qui lui sert de cœur ». Ces deux grands brûlés de l’amour sauront-ils affronter leurs peurs pour vivre leur histoire ?

Le plus petit baiser jamais recensé est un vrai faux polar romantique. Suite métaphorique de la mécanique du cœur, ce roman teinté de mélancolie regorge de gourmandises explosives. Comme si Amélie Poulain dansait le rock’n’roll et croisait le Petit Prince avec un verre de whisky."

J’avais beaucoup aimé la mécanique du cœur, l’écriture poétique et surréaliste de Mathias Malzieu m’avait alors séduite.  Mais j’avoue être beaucoup plus dubitative face à ce plus petit baiser jamais recensé… Si on retrouve bien la patte de l’auteur dans le style toujours aussi imagé et poétique (son vocabulaire ne peut laisser de marbre), l’histoire m’a semblée manquer de profondeur. Dépouillée de ses aspects surréalistes (une fille invisible, des arbres à harmonicas ou à barrettes…), le récit manque à mon goût de singularité (cela reste un roman d’amour très classique : un homme, une femme, le retour de l’ex, le point de rupture,  et l’épilogue logique) et de rigueur. Ainsi, quelques passages me laissent perplexes, comme page 107, l’allusion à la paternité de Gaspard Neige. Alors bien sûr, vous me direz dans ce type de roman, ô combien éloigné de nos habitudes littéraires, rien d’étonnant. Certes, mais j’aurais aimé retrouver la fraicheur de la mécanique du cœur … Mais pour cela aurait-il peut être fallu que l’auteur soit dans le même état d’esprit ?

Ceci dit, c’est un roman qui se lit facilement (pour ceux que les néologismes imagés ne rebutent pas, évidemment) et rapidement (à peine plus de 150 pages). Petit plus, il y a un carnet (non détachable) sur papier glacé et en couleur, s’il vous plait, cadeau de notre inventeur à sa belle qui reprend ses billets doux déposés dans les endroits les plus improbables (pour des billets doux s’entend). 

Et si vous voulez retrouver le taeser du roman, c'est sur le site de l'éditeur !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

yuko 20/09/2013 00:32


http://art-enciel.over-blog.com/ à bientôt pour un nouvel échange ;)

yuko 19/09/2013 22:16


C'est vrai que la première partie est plus réussie que la seconde (quand tout est dévoilé) mais l'ensemble fonctionne assez bien et l'univers imaginaire de Malzieu conserve tout son charme (je
publie ma critqiue demain si tu veux venir la lire ^^)

vhs 19/09/2013 22:20



L'univers de Malzieu est unique, mais à côté d ela mécaniquedu coeur, il manque un petit quelque chose... Je serai ravie de découvrir ta critique, peux tu me donner l'adresse de ton blog?



A découvrir !

Visitez le site www.virginielauby.com

Cliquez sur les images pour en découvrir les premières pages... 

hantise

  lemouroir[1]

Edité chez Ex-Aequo , en format numérique aussi !


1ere-couverture-Nannig-copie-1.jpg

Réédité chez Chloé des Lys

Recherche