Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 février 2013 3 13 /02 /février /2013 15:59

harry quebertQuatrième de couverture :

A New York, au printemps 2008, alors que l’Amérique bruisse des prémices de l’élection présidentielle, Marcus Goldman, jeune écrivain à succès, est dans la tourmente : il est incapable d’écrire le nouveau roman qu’il doit remettre à sn éditeur d’ici quelques mois.

Le délai est près d’expirer quand soudain tout bascule pour lui : son ami et ancien professeur d’université, Harry Québert, l’un des écrivains les plus respectés du pays, est rattrapé par son passé et se retrouve accusé d’avoir assassiné, en 1975, Nola Kellergan, une jeune fille de 15 ans, avec qui il aurait eu une liaison.

Convaincu de l’innocence de Harry, Marcus abandonne tout pour se rendre dans le New Hampshire et mener son enquête. Il est rapidement dépassé par les événements : l’enquête s’enfonce et il fait l’objet de menaces. Pour innocenter Harry et sauver sa carrière d’écrivain, il doit absolument répondre à trois questions : Qui a tué Nola Kellergan ? Que s’est-il passé dans le New Hampshire à l’été 1975 ? Et comment écrit-on un roman à succès ?

En novembre, alors que la saison des prix littéraires vient de débuter, Emilie nous propose de choisir quatre romans primés pour une lecture commune. Parmi les heureux (ou malheureux) élus, La vérité sur Harry Québert de Joël Dicker , Goncourt des Lycéens et grand prix de l’Académie Française - excusez du peu.

Je m’attendais, naïvement sans doute, à quelque chose d’extraordinaire, tel qu’on me l’avait promis sur la quatrième de couverture : une écriture riche, une véritable réflexion sur la société avec une étude approfondie des rapports entre les êtres humains, avec une approche différente de la littérature… Bref, je m’attendais à un chef d’œuvre.

Bon, vous l’avez deviné, j’ai été assez déçue.

La mise en abîme nombriliste de l’écrivain qui écrit son roman sur un autre écrivain qui a soi-disant écrit le livre du siècle m’a prodigieusement lassée, et ce, très vite. Les extraits insérés du fameux livre de Québert, Les origines du mal, sont d’une médiocrité, dégoulinant de « chéri », « amour » et autres niaiseries que ne renieraient pas le plus mauvais des Harlequins. Je précise, le plus mauvais, car, quoi que fortement décriés, certains sont plutôt pas mal, bien écrit et assez intéressant…évidemment ça reste du roman d’amour mais au moins, il n’y a pas tromperie sur la marchandise.

De même, je n’ai pas compris la pertinence des extraits de conversations entre Harry et Marcus qui marquent certains débuts de chapitres. Il n’y a pas toujours de cohérence avec ce qui suit. Finalement, on apprend à la fin qu’il s’agit de maximes enseignées par Québert au jeune Marcus… si le procédé peut être intéressant, encore une fois, il ne me parait pas assez exploité. L’idée d’une numérotation anti-chronologique également…

Et c’est franchement dommage car l’intrigue policière est plutôt réussie. L’auteur, le vrai, égare le lecteur en multipliant les points de vue sur l’affaire. Malheureusement, l’enrobage « littéraire » est de trop. Ça gâche tout. Un peu comme un délicieux dessert qui aurait été recouvert par des tonnes de crème écœurante…

Désolée… Mais retrouvez d'autres avis plus positifs chez Nathalia, Val... et les autres.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

philippe 13/03/2013 16:32


Tout à fait d'accord avec toi... Le prix de l'Académie française ? de la daube... Si, si, Virginie, dans les maximes de l'auteur-maître à l'auteur-élève il y a chez Dicker des réminiscences de la
série Kung-Fu (années 70, avec David Caradine je crois), genre "Petit scarabée, la force n'est pas ton poing mais dans ton esprit"... Chez notre écrivaillon ça donne "Dans un livre, ce n'est pas
ce que disent les mots qui est important, ce sont ls mots eux-mêmes" et autres inepties du même tonneau... ça semble profond mais ça sort de l'almanach Vermot, l'humour en moins...Bref, une vrai
escroquerie ce bouquin...


A lire de toute urgence, un chef d'oeuvre : L'homme qui aimait les chiens, de Leonardo Padoura, chez Métailié (et en vente aux Guillemets).


Bonne continuation


Philippe

vhs 13/03/2013 18:59



Merci de ta suggestion, je pense que j'irai donc faire un petit tour du côté de chez Christophe très bientôt ;)



A découvrir !

Visitez le site www.virginielauby.com

Cliquez sur les images pour en découvrir les premières pages... 

hantise

  lemouroir[1]

Edité chez Ex-Aequo , en format numérique aussi !


1ere-couverture-Nannig-copie-1.jpg

Réédité chez Chloé des Lys

Recherche