Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 novembre 2011 7 13 /11 /novembre /2011 16:09

Voici l’autobiographie d’Alison Arngrim, alias Nellie Oleson. Non que je sois nostalgique de cette série qui a certes gardé son charme désuet, mais disons que la personnalité de cette actrice m’intéressait. Je me suis demandé de nombreuse fois comment on pouvait sortir d’un personnage aussi charismatique après plusieurs années de tournage.

Dès que je l’ai vu sur le présentoir, j’ai donc investi (profitons en tant que la TVA est à 5.5 !) sans même lire la quatrième !

Le ton est léger, l’écriture proche de l’oralité avec quelque fois des apartés ou des digressions. On a plus l’impression d’écouter un documentaire que de lire un livre. Evidemment, les amateurs de littérature n’y trouveront pas leur compte, mais ce n’est pas non plus le but de ce récit.

Il y a beaucoup de références aux séries ou talk show des années soixante-dix aux Etats-Unis. Le traducteur essaye de les expliquer mais étant piètrement cultivée en la matière, je dois avouer que cela m’a pas été d’un grand secours. Mais cela n’a pas beaucoup d’importance.

Evidemment, on apprend pas mal de chose sur les dessous des tournages, et sur la vie de ces enfants d’Hollywood : leurs conditions de travail bien loin des clichés qui sont habituellement véhiculés, leur entourage personnel et professionnel peu reluisant, les relations qu’ils entretiennent entre eux et enfin leur devenir, l’après succès.

J’ai passé un bon moment en compagnie d’Alison, j’ai eu plaisir à la retrouver, comme une vieille copine.

Un livre sans prétention, qui se lit comme un épisode de La Petite Maison…

 

nelly olsonLa quatrième de couverture :

 

Pendant 7 ans, Alison Arngrim a joué une môme méchante, intrigant, égoïste, menteuse et manipulatrice dans une des séries de télévision les plus aimées au monde. Alors que des millions de téléspectateurs de la Petite Maison dans la prairie détestaient Nellie Oleson et ses pitreries diaboliques, Alison en vint à aimer son personnage- l a liberté et l’assurance que Nellie lui inspirait. Dans La Petite Garce dans la prairie, Alison Arngrim raconte son enfance à Hollywood avec ses parents excentriques (Thor Arngrim, manager d’artistes comme Liberace, dont l’appétit pour la publicité était insatiable, et la légendaire actrice à voix Norma MacMillan, qui jouait aussi bien Gumby que Casper le gentil fantôme) et évoque des moments inoubliables et truculents dans les coulisses de La Petite Maison. Alison raconte tout cela avec un esprit mordant, mais elle aborde aussi avec courage les défis qu’elle dut affronter : ses batailles pour survivre à une histoire traumatique d’abus sexuel, pour vaincre sa dépression et sa timidité paralysante et pour faire face au secret que son père lui cacha pendant vingt ans. Elle partage également avec nous la terrible douleur de la perte de son mari de télévision et meilleur ami, Steeve Tracy, emporté par le SIDA. Cet événement lui inspira une seconde carrière dans l’activisme social et politique. Nellie Oleson lui aura appris l’audace, l’intrépidité et la détermination, elle sera éternellement reconnaissante à la plus grande petite garce dans la prairie de lui avoir montré le chemin.

Partager cet article

Repost 0
Published by vhs - dans biographie
commenter cet article

commentaires

A découvrir !

Visitez le site www.virginielauby.com

Cliquez sur les images pour en découvrir les premières pages... 

hantise

  lemouroir[1]

Edité chez Ex-Aequo , en format numérique aussi !


1ere-couverture-Nannig-copie-1.jpg

Réédité chez Chloé des Lys

Recherche