Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 novembre 2010 3 17 /11 /novembre /2010 16:41

 

Je remercie Babelio de m’avoir permis de découvrir ce livre. En effet, je ne pense pas que j’aurai eu l’occasion de le lire sans Masse Critique. Outre la couverture qui ne m’attire pas vraiment, et le prix (28 euros) qui m’aurait rebuté, j’aurais raté cet excellent ouvrage de science fiction. l'île blanche

 

L’île Blanche est un roman d’anticipation : l’action se passe sur une planète très éloignée, Jorgasmia (rien que son nom en dit long) en 2690 (mais est-ce de notre ère ?).

Patrick Lorin a écrit ici un vrai livre de garçon (et alors, il y a bien les livres de filles…). Une espèce de détective (ici appelé « exfiltreur ») part à la recherche de la fille du gouverneur. S’en suit une longue enquête à énigme où notre héros manque moult fois de passer de vie à trépas. J’avoue avoir un peu douté quand John Claw abandonne cette piste pour une autre (que personnellement j’aurai suivi dés le début, mais ce n’était pas moi qui menait l’enquête, alors…) mais l’auteur retombe bien sur ses lignes (oui c’est moins compréhensible de ses pattes mais plus littéraire).

 

J’ai été rapidement accrochée. La suite d’énigme permet de passer d’un quartier à un autre et de savourer l’étendue de l’imagination de l’auteur. Quelques noms de lieux m’ont fait sourire comme Babel Wuad. Le monde imaginé par Patrick Lorin est facilement concevable car on y retrouve les ingrédients du notre, ce qui n’empêche pas d’être dépaysé !

 

Ce livre est digne des blockbusters américains. Je pense d’ailleurs qu’il en ferait un excellent. Bien sûr, il faudrait lui ajouter un peu plus de romantisme pour respecter la recette made in USA. Personnellement cela ne m’a pas manqué et la demande de Lindsay à la fin m’a paru même un peu trop artificielle (j’aurais préféré laisser planer le doute : il part et elle le regarde partir, sans préjuger de leurs sentiments, mais bon ce n’est qu’un avis). Ceci dit, c’est la seule chose qui m’a un peu ennuyé dans ce livre.

La fin reste ouverte, alors pourquoi pas un second tome?

 

La quatrième de Couv’ :

 

Sur une planète entièrement vouée au culte de la connaissance et des plaisirs, la fille du gouverneur est enlevée par une secte fondamentaliste. L’exfiltreur John Claw, impliqué malgré lu dans les événements, est chargé de la retrouver.

Qui ourdit dans l’ombre des pièges mortels ? Les pistes se brouillent : religieux protégeant un arbre pensant au cœur du désert, complot machiavélique se tramant dans la cité des noirs plaisirs, manipulations psychiques… A la poursuite des ravisseurs, John Claw ignore qu’il sera confronté aux fantômes de son passé et aux redoutables secrets de L’ÎLE BLANCHE…

 

 

Je remercie encore 

      masse critique 

 

et Rivière Blanche pour leur partenariat !

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

A découvrir !

Visitez le site www.virginielauby.com

Cliquez sur les images pour en découvrir les premières pages... 

hantise

  lemouroir[1]

Edité chez Ex-Aequo , en format numérique aussi !


1ere-couverture-Nannig-copie-1.jpg

Réédité chez Chloé des Lys

Recherche