Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 mai 2011 7 15 /05 /mai /2011 22:28

evangile selon j lucas

 

J’ai découvert cet auteur sur Facebook, par hasard. Avant de le lire, j’ai pris le temps de regarder les critiques déposées sur son mur. Elles étaient encourageantes et souvent, visiblement, de personnes qui ne le connaissaient pas intimement. C’était plu^tot de bonne augure, il faut toujours se méfier des louanges de ses amis, non qu’elles ne soient sincères mais souvent teintée de subjectivité… (bon, là, je viens de perdre les trois quart de mon lectorat, zut…)

Bref, j’ai donc commandé deux ouvrages à Cyrille Audebert : L’évangile selon Jacques Lucas, et, ce que je suppose en être la suite, Un temps de chien.

Livraison rapide et soignée avec dédicace de l’auteur et caramels au beurre salé (je vous les conseille, un régal !)

Et puis, j’ai posé les deux livres sur ma table de nuit et… c’était il y a déjà trois mois.

La semaine dernière, je me suis décidée, enfin, à prendre le premier, et j’ai découvert la quatrième de couverture :

« Jusqu’à ce jour, j’avais une idée assez précise de ce que pouvait être le bonheur : un appart dans un quartier chic, des toiles vendues à prix d’or avant même d’avoir été peintes, et Mélodie…

Mélodie, le modèle que je rêvais depuis toujours de serrer dans mes bras, et qui venait de me rouler la pelle de ma vie…

Ouais, c’était sûrement ça le bonheur.

Y avait bien cette « Ombre » au tableau, celle qui avait entrepris de nettoyer la ville de ses clochards d’origine maghrébine, mais c’était tellement loin d’ici, dans les es sombres…

Et puis, ce matin-là, en rentrant, j’ai trouvé cet attroupement devant mon immeuble, et tous ces flics chez mi, à l’étage… C’est là que le cauchemar a commencé, et que les souvenirs de ma vie d’avant ont refait surface.

Et si l’assassin, c’était tout simplement moi, David Huxley… »

 

Alléchante entrée en matière, non ?

Pourtant j’ai eu un peu de mal à entrer dans l’histoire, puis à la moitié je ne l’ai plus lâché.

Le personnage est attachant malgré ses zones d’ombres. L’histoire est bien menée, même si j’avais pressenti l’identité du coupable assez rapidement. Ceci dit, je me demande à quel point cela n’est pas fait exprès, car à peine avais-je formulé mon hypothèse qu’une piste nouvelle s’ouvrait et que je me suis mise à douter de mes facultés de déductions. C’est justement à partir de ce moment que l’histoire m’a vraiment accrochée.

Le hic, c’est qu’à la fin, tout n’est pas résolu. Evidemment, le coupable des meurtres en série est arrêté, mais beaucoup de questions restent en suspend : le passé de David ? Ses relations avec son père ?

La fin du livre laisse la porte ouverte à une suite possible, et justement la suite est Un temps de chien.

Un polar dans les règles de l’art, qui se lit facilement et qui ménage son suspens jusqu’au bout. Un bon moment à passer !

Et la suite ?

Dans un prochain numéro !

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

A découvrir !

Visitez le site www.virginielauby.com

Cliquez sur les images pour en découvrir les premières pages... 

hantise

  lemouroir[1]

Edité chez Ex-Aequo , en format numérique aussi !


1ere-couverture-Nannig-copie-1.jpg

Réédité chez Chloé des Lys

Recherche