Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 septembre 2010 2 07 /09 /septembre /2010 21:29

… où je suis devenue jolie (que ceux qui penseraient que je l’attends toujours aille se faire un tour ailleurs, non mais !) est le dernier livre de ma razzia à la médiathèque (toujours le fameux challenge). Il trônait sur l’étagère des nouveautés, le titre comportait un événement climatique (été, oui, je sais c’est tiré par les cheveux) et il n’était pas trop gros (chut, faut pas le répéter, j’ai fait ma feignasse). J’ai a peine lu la quatrième de couv’ :

 

« Depuis qu’elle est enfant, Belly passe tous ses étés dans la maison au bord de la plage. Là, entre les bains de mer et les pichets de thé glacés, la vie est parfaite. Il y a Susannah et ses fils, Conrad l’ombrageux et Jeremiah, si charmant. Et puis l’été de ses seize ans, les choses changent, Susannah sourit un peu moins. Les garçons paraissent plus lointains. Parce qu’il se passe quelque chose dont personne ne parle. Belly a aussi sont secret. La vie chavire doucement pour chacun d’eux. Plus rien ne sera comme avant. »

 

Je ne connaissais absolument pas l’auteur, Jenny Han, une américaine, ni la collection wiz de chez Albin Michel (jeunesse ado). l'été où je suis devenue jolie

Le seul a priori que j’avais était la couverture : cinq coquillages sur du sable et un titre multicolore, assez enfantin, rien de très attirant pour un vieille comme moi (ne ricanez pas, je vous entends !). Mais je l’ai arraché de son présentoir, en me disant qu’il fallait aller au-delà des préjugés (sinon je n’aurais jamais lu les Twilight).

Bref, je l’ai gardé pour la fin, repoussant le moment où je devrais me mettre à la lecture de ce monument de l’histoire littéraire d’outre atlantique…

Mais est-ce mes précédentes lectures, ou cette atmosphère si particulière de l’été finissant, ou tout simplement un excès de fatigue qui me vaut un repos forcé ?, Toujours est-il que je me suis retrouvée totalement accrochée. Scotchée, même !

Pourtant, rien d’extraordinaire dans cette histoire d’adolescente qui découvre ses premières sensations pendant un été pas tout à fait comme les autres. Non, rien que de très banal, même. C’est peut être ça, la force de ce livre. Une histoire qu’on a toute plus ou moins vécue, le premier baiser, l’émoi qu’on a ressenti… (soupir)

Seul bémol, c’est que je me suis aperçue à la fin que c’était le premier tome d’une trilogie. Argggg, il va falloir que j’attende pour savoir la suite, surtout que contrairement à Twilight dont chaque tome est une histoire en soi, ici on reste vraiment sur sa faim… A quand la parution du second tome ?

 

Bilan du challenge de l’été :

 

Finalement, le choix hasardeux de ces trois derniers livres a été très bon. L’histoire est la même : la découverte du premier grand amour. Mais à des âges différents. La femme mûre pour La Femme coquelicot, la jeune femme dans Le soir des fourmis, et l’adolescente pour L’été où je suis devenue jolie. Trois regards de femmes sur l’amour, les sentiments que l’on peut avoir face aux hésitations de l’autre, les doutes, ses erreurs aussi parfois. Trois femmes qui regardent dans la même direction.

Pour les deux premiers livres, Chicago etHarold, je n’étais pas dans la même thématique. Le merveilleux divorce de Juliette B a fait transition. Seuls les deux derniers cités n’ont pas eu ma faveur. Le bilan est donc plutôt positif. Reste à faire le challenge de l’année…

Partager cet article

Repost 0

commentaires

A découvrir !

Visitez le site www.virginielauby.com

Cliquez sur les images pour en découvrir les premières pages... 

hantise

  lemouroir[1]

Edité chez Ex-Aequo , en format numérique aussi !


1ere-couverture-Nannig-copie-1.jpg

Réédité chez Chloé des Lys

Recherche