Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 septembre 2014 2 23 /09 /septembre /2014 21:06

JoylandJoyland, Stephen King, Albin Michel, 324 pages

 

 


Quatrième de couverture :

 

Les clowns vous ont toujours fait un peu peur?

L’atmosphère des fêtes foraines vous angoisse ?

Alors, un petit conseil ne vous aventurez pas sur une grande roue un soir d’orage…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J’avais abandonné Stephen King et mon adolescence dans les années quatre-vingt-dix. Le battage médiatique autour de Dôme, m’avais donné envie de le relire sans que pour autant je concrétise cette impulsion. J’ai dans ma PAL (ma pile à lire si vous préférez) son roman 22/11/63, mais je ne l’ai pas encore ouvert… Aussi quand ma fille aînée et aimée m’offrit Joyland, je n’étais pas forcément avide de passer mes nuits en compagnie du maître de l’épouvante, mais comme je suis une mère formidable… ok, je retire formidable… bref, me voilà avec Joyland entre les mains, un soir de pleine Lune, ou presque…

Je m’attendais donc à trembler de terreur sous mes couvertures (c’était l’état dans lequel je me trouvais quand je lisais Simetierre, il est vrai que je n’avais alors que 16 ou 17 ans). J’ai commencé à lire, 10, 20 trente pages… arrivée à la centième j’ai eu comme un doute, à la 300ème c’était une certitude : j’étais devant un polar. Certes avec une petite dose de surnaturel, juste ce qu’il faut, un soupçon de spectre, histoire de… mais un polar, en bonne et due forme, avec son assassinat, son meurtrier, son enquête et évidemment son dénouement. Rien de très horrible en somme (enfin sauf pour cette pauvre fille égorgée dans le train fantôme).

Déçue ? Certainement pas ! J’ai passée l’âge de me faire peur sous les couvertures ! Par contre je n’ai rien contre une bonne histoire qui me plonge dans un milieu que je ne connais pas (là en l’occurrence celui des forains), qui me garde en haleine tout du long (franchement l’identité du meurtrier je ne l’ai pas vu arriver), avec une petite dose d’émotion (oui, j’avoue, j’ai versé ma petite larme) tout ça écrit d’une façon magistrale (à la King : efficace, limpide).

Je remercie donc chaleureusement ma chère fille pour ce cadeau de fête des mères. Vivement l’année prochaine !

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

A découvrir !

Visitez le site www.virginielauby.com

Cliquez sur les images pour en découvrir les premières pages... 

hantise

  lemouroir[1]

Edité chez Ex-Aequo , en format numérique aussi !


1ere-couverture-Nannig-copie-1.jpg

Réédité chez Chloé des Lys

Recherche