Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 novembre 2013 5 08 /11 /novembre /2013 21:51

en attendant l'année dernière

 

 

 

En attendant l’année dernière,

Philip K. Dick,

livre de poche,

340 pages.

 

 

 

 

 

 

 

 

J’aime plutôt bien K. Dick d’habitude, mais là… Que dire ? Je suis allée jusqu’au bout du roman espérant avoir des réponses aux questions soulevées dans la quatrième de couverture, mais c’était oublier que c’était un K Dick.

L’écriture a vieillie. On retrouve dans l’univers de 2055 les clichés sur le futur des années 60. Un monde futuriste vintage avec des « robotaxis », des stations spatiales sur Mars où on a reproduit l’habitat terrestre des années 1935…

Pourtant la première phrase pouvait faire illusion : « De l’édifice familier en forme d’aptéryx… » Aptéryx ! Voilà un joli mot, exotique, plein de promesse… Et puis, je me lance dans le récit, je l’oublie. Et heureusement, car si j’avais été tout de suite cherché dans le dictionnaire, j’y aurais appris que l’aptéryx est un volatile australien plus communément appelé Kiwi (oui, le même que sur les boites de cirage). Et là, franchement, ça casse le mythe.

Je passerai sur les incohérences de l’histoire. Ainsi rien n’explique, ou alors je l’ai zappé (ce qui est possible, vu que ce livre m’est quand même tombé plusieurs fois des mains) comment Gino Molinari garde sa mémoire intacte alors qu’il est remplacé régulièrement par ses doubles temporels.

Dernière chose, le résumé de la quatrième est beaucoup trop détaillé et gâche les maigres surprises du roman.

Bref, une lecture que je ne conseille vraiment qu’aux inconditionnels du genre.

Dommage…

 

 

Quatrième de couverture : 2055. Le secrétaire des Nations Unies, Gino Molinari, est le dictateur du monde. Hyper-empathique, il épouse les maladies de ses proches et en meurt parfois. On le remplace alors par un simulacre importé d’un univers parallèle où Gino Molinari a été battu aux élections… Car la Terre de 2055 doit poursuivre l’effort de guerre. Elle n’a pas d’autre alternative, depuis qu’elle a choisi de s’allier aux redoutables et machiavéliques Lilistariens dans le conflit qui les opposent aux insectes Reegs.

 

… Et Eric Sweetscent, réquisitionné pour le service personnel du dictateur, sous l’emprise du J-J 180, une drogue introduite sur Terre par les Reegs, ou les Lilistariens, commence à osciller dans le temps, perdu dans le passé ou bien projeté dans les futurs méconnaissables, trafiqués, transformés par lui-même, devenu un vivant pivot de l’univers et de l’histoire…

Partager cet article

Repost 0

commentaires

A découvrir !

Visitez le site www.virginielauby.com

Cliquez sur les images pour en découvrir les premières pages... 

hantise

  lemouroir[1]

Edité chez Ex-Aequo , en format numérique aussi !


1ere-couverture-Nannig-copie-1.jpg

Réédité chez Chloé des Lys

Recherche