Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 février 2010 1 15 /02 /février /2010 11:27

51DJ7HY8TZL SL500 AA240
J'ai refermé cette nuit le compartiment pour dames d'Anita Nair. J'avais eu un peu de mal à pénétrer dans ce monde clos, féminin au possible, aux cloisons étanches entre les castes et les sexes. Mais après m'être un peu forcée, je me suis attachée à cette femme, à peine plus âgée que moi, qui a passé sa vie à être la respectable Akka (la grande soeur), pilier de la maisonnée.
Ma difficulté à aborder ce livre vient peut-être du dépaysement total. Outre les situations exposants les vies de différentes femmes, dont la rencontre fortuite dans un compartiment de chemin de fer indien vont changer la vie d'Akhila, l'utilisation d'un vocabulaire couleur locale m'a plongée dans cette Inde contemporaine aux coutumes ancestrales.
Je dois saluer cette initiative osée de ne pas traduire ou expliquer dans le texte du récit ou par d'artificiels astérisques, ces merveilleux mots indiens (achamma, basundi, kesari, dipavadi, laddu...). On en devine le sens ou pas. Ils chantent dans l'esprit, ces mots imprononçables, leurs lettres formant des kolams aux portes de mon sommeil. Merci au traducteur et à l'éditeur d'avoir rassemblé dans un lexique discret, à la fin de l'histoire, ce vocabulaire exotique (si discret que je ne l'ai découvert qu'à la fin de ma lecture!).
Force est de constater (horrible locution!) que cela ne m'a finalement pas dérangé plus que ça.
Mais, le charme de ce roman ne réside pas uniquement en son dépaysement linguistique ou sociétal. C'est la rencontre de femmes, de leurs destins, et la prise de conscience d'une femme prisonnière des conventions qu'il est temps pour elle d'assumer sa vie. C'est un voyage initiatique entrepris à 45 ans, mais y-a-t-il un âge pour grandir? Un voyage d'une nuit, mais y-a-t-il une durée minimale pour vieillir?
Une galerie de portraits de femmes à lire absolument pour se rappeler aussi que nous sommes chacune maîtresse de notre vie.

La quatrième de couverture :
Un jour, Akhila décide de partir vers l'extrémité sud de l'Inde, là où se rencontre l'océan Indien, la baie du Bengale et la mer d'Arabie, pour faire le point sur une vie qu'elle a l'impression de n'avoir pas vécue. Dans le train qui la conduit à destination, elle fait la connaissance de ses compagnes de voyage, avec lesquelles elle va partager toute une nuit l'intimité d'un compartiment pour dames. A travers leurs confidences sur leurs vies faites de renoncements, de frustrations, parfois de révoltes, Akhila cherche la réponse aux questions qu'elle pose : une femme a-t-elle besoin d'un homme pour se sentir épanouie? Comment redevenir maîtresse de son destin?
Nul doute que pour l'auteur, les cloisonnements de la société indienne ressemblent à s'y méprendre à ceux d'un train : "un compartiment y est en permanence réservé aux femmes ; il peut se révéler confortable, à condition qu'elles n'en sortent pas" (Michel Grisola, L'Express)

Et si vous ne me croyez pas sur parole, n'hésitez pas à allez prendre un second avis sur Bouq1 et Cie !

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Aileean 15/02/2010 16:37


Je suis contente que ça t'ait plu!!!!


A découvrir !

Visitez le site www.virginielauby.com

Cliquez sur les images pour en découvrir les premières pages... 

hantise

  lemouroir[1]

Edité chez Ex-Aequo , en format numérique aussi !


1ere-couverture-Nannig-copie-1.jpg

Réédité chez Chloé des Lys

Recherche