Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 janvier 2011 6 01 /01 /janvier /2011 16:24

51AVYXB1DZL SL500 AA300J’avais acheté au dernier salon du livre de Paris, trois romans de Didier Van Cauwelaert. Souvenez-vous, j’avais commencé par La nuit dernière au XVe siècle. Passons. Depuis, j’ai dévoré Attirances et je me sentais donc prête  à tourner une nouvelle page de ce grand romancier.

La quatrième de couverture avait guidé mon choix en mars parmi les dizaines d’ouvrages de l’auteur :

 

« J’ai tout perdu sauf la mémoire. Il m’a volé ma femme, mon travail et mon nom. Je suis le seul à savoir qu’il n’est pas moi : j’en suis la preuve vivante. Mais pour combien de temps ? Et qui va me croire ? » Dédoublement, folie, manipulation mentale ? Explorant une nouvelle fois les mystères de l’identité, Didier Van Cauwelaert a écrit un suspense hallucinant, l’odyssée d’un homme seul en lutte contre le mensonge de son entourage… ou sa propre vérité.

 

Le récit démarre sur les chapeaux de roues : « Je sonne chez moi, et c’est un inconnu qui a répondu ». On ne tergiverse pas, le lecteur est directement plongé dans l’action.

L’histoire est bien rythmée, aucun temps mort ne vient polluer l’enquête menée par le  narrateur pour se retrouver. Très rapidement, on apprend qu’à la suite d’un accident de la route, Martin Harris, tout juste débarqué avec sa femme en France, est plongé dans un coma de quelques jours. A son réveil, personne ne semble le reconnaître. Personne sauf la chauffeuse de taxi, Muriel, qui conduisait le véhicule accidenté.

La situation est assez angoissante, mais elle laisse pourtant en arrière plan une lueur d’espoir en permanence allumée. Angoissant mais pas dramatique.

De plus, l’auteur s’est documenté (il n’y a qu’à voir les destinataires de ses remerciements : Pr Jean-Marie Pelt, Pr Rémy Chauvin…) notamment les questions botaniques (oui, j’avoue, j’adore Jean-Marie Pelt, son aventure des plantes m’a fascinée étant enfant, et il est certainement en partie responsable de mon goût du jardinage). J’ai particulièrement aimé la discussion, au coin du feu, entre Martin et le psychiatre. Cette théorie rejoignant mes convictions.

Bref, un roman dont il serait superflu de se priver…

 

Je profite de ce billet pour me plier à la coutume du moment :

Je vous souhaite à tous une très heureuse année livresque, pleine d’imprévus et de bonheurs, de découvertes et de joies.

 

Et n’oubliez pas :

CARPE DIEM

Partager cet article

Repost 0

commentaires

A découvrir !

Visitez le site www.virginielauby.com

Cliquez sur les images pour en découvrir les premières pages... 

hantise

  lemouroir[1]

Edité chez Ex-Aequo , en format numérique aussi !


1ere-couverture-Nannig-copie-1.jpg

Réédité chez Chloé des Lys

Recherche