Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 février 2010 3 03 /02 /février /2010 10:52

cadres noirsDans le cadre du partenariat B-o-B avec les éditions Calmann-Lévy, j'ai reçu le dernier livre de Pierre Lemaitre. Je l'avais choisi car il racontait l'histoire d'un demandeur d'emploi à la dérive (et oui rien à voir avec le célèbre haras de la vallée de la Loire). Je m'étais dit : "super, ça me changera du boulot!".
J'informe ceusses qui ne le sauraient pas que je travaille chez Popol (ou plus souvent appelé Pôle-Emploi).
La quatrième de couv' m'avais alléchée :
"Alain Delambre est un cadre de cinquante-sept ans anéanti par quatre années de chômage sans espoir.
Ancien DRH, il accepte des petits jobs démoralisants. A son sentiment de faillite personnelle s'ajoute bientôt l'humiliation de se faire botter le cul pour cinq cents euros par mois...
Aussi quand un employeur, divine surprise, accepte enfin d'étudier sa candidature, Alain Delambre est prêt à tout, à emprunter de l'argent, à se disqualifier aux yeux de sa femme, de ses filles et même à participer à l'ultime épreuve de recrutement : un jeu de rôle sous la forme d'une prise d'otages.
Alain Delambre s'engage corps et âme dans cette lutte pour regagner sa dignité.
S'il se rendait compte que les dés sont pipés, sa fureur serait sans limite.
Et le jeu de rôle pourrait alors tourner au jeu de massacre."
Je n'ai pas été déçue.
Alain Delambre est, dés le début, un personnage attachant. On ne peut que l'accompagner et le soutenir dans ses démarches désespérées. Pendant la première partie. Celle qui est à la première personne du singulier, le récit d'Alain fait par lui même. La partie intitulée AVANT.
Avant quoi? Avant que le récit ne soit repris par Fontana. C'est ce second personnage qui prend le relais PENDANT la fameuse prise d'otage. Alain Delambre redevient le narrateur APRES. Deux points de vue. Deux hommes qui s'affrontent.
Attachant Delambre, et pourtant, que d'ombres dans ce personnage. Est-il vraiment ce bon père déstabilisé par un chômage destructeur, ou ce calculateur audacieux qui joue sa vie et celles de ses proches sur des coups de bluff? Je n'ai pas réussi à trancher. Il peut-être l'un et l'autre. Ou plutôt devenir l'autre, après des mois d'humiliations et la perte de sa fierté d'homme.Il bascule, le prédateur se met en chasse. Car, c'est aussi ce qu'est Delambre : un chasseur de tête, un manager RH.
Dommage que le personnage secondaire de Charles ne soit pas plus présent. J'aurai aimé le voir plus souvent. Juste un bémol : la fin ne semble un peu précipitée et dans la lignée du "tout est bien qui..."
Néanmoins je reste  sur une très bonne impression. En voilà encore un qui va tourner de mains en mains!

Ce livre a été lu dans le cadre du partenariat Blog-O-Book et les éditions Calmann-Levy

 

logobob01.jpg

Partager cet article

Repost 0

commentaires

albert 05/04/2010 18:06


Dire que ce roman se termine dans la lignée du "tout est bien qui finit bien" au sujet d'un personnage qui perd la femme qu'il aime et ses deux filles me semble assez... paradoxal, non ?


vhs 05/04/2010 21:44



Mais les perd-il vraiment? Je ne suis pas certaine que tout ne s'arrange pas pour lui finalement. En tout cas il s'en sort trés bien alors que franchement on ne peut pas dire que ce soit un
personnage trés sympathique. Attachant oui, mais je n'aurai pas envie de m'en faire un ami pour autant. De plus, c'est surtout la pirouette finale qui me fait penser à cette phrase
"tout est bien qui..." parce qu'il aurait bien pu y laisser sa peau. Il faut bien avouer qu'il avait quand même trés peu de chance de s'en sortir, alors... 



Hél 06/02/2010 09:50


Je pose une option dessus!!!!! Oui, tu m'as donné envie alors que bon, les romans sur le chomedu ou autre, non merci...


vhs 06/02/2010 12:30



Tu devras attendre de rentrer de vacances.... c'est bête hein? Allez sans rancune bonnes vacances ma belle profite bien! biz



A découvrir !

Visitez le site www.virginielauby.com

Cliquez sur les images pour en découvrir les premières pages... 

hantise

  lemouroir[1]

Edité chez Ex-Aequo , en format numérique aussi !


1ere-couverture-Nannig-copie-1.jpg

Réédité chez Chloé des Lys

Recherche