Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 mai 2014 2 27 /05 /mai /2014 16:11

AnansiBoys France Paperback 1258016600Anansi Boys, Neil Gaiman, Edt Le diable vauvert, 488 pages, 22 euros

 

Le père de Gros Charlie n’était pas ordinaire : il était Anansi, le Dieu Araignée, l’esprit de rébellion, n dieu filou capable de renverser d’ordre social, de créer une fortune à partir de rien et de  défier le diable… un héritage bien encombrant !

Une mythologie moderne où l’on trouve une sombre prophétie, des désordres familiaux, des déceptions mystiques, et des oiseaux tueurs. Sans oublier un citron vert.

 

 

 

 


Voici un roman pour le moins farfelu, mais attendrait-on autre chose de Neil Gaiman ?

Gros Charlie mène une vie tranquille à Londres entre son bureau à l’Agence de gestion de fonds Grahame Coats et Rosie sa fiancée vierge. Jusqu’au jour où son père détesté meurt. S’en suit un long périple tant physique que psychologique qui guidera Charlie vers un monde insoupçonné mais aussi vers l’amour et finalement l’acceptation de soi.

Récit initiatique autant que fantastique, Anansi Boys parle aussi de la fratrie, des relations entre un fils et son père, des trahisons et de l’amour.

Gros Charlie dans la peur de ressembler quelque peu à son géniteur, est sans relief, insignifiant. Il est même étonnant qu’il ait une fiancée (ceci dit, ladite fiancée ne sait pas non plus très bien pourquoi elle fréquente Gros Charlie, auquel elle refuse toute privauté… Pas avant le mariage ! Non mais !). Jusqu’au jour où débarque son frère, digne fils de son père : sans gêne, expansif, bref son exact contraire. Mais n’était-ce justement cette fantaisie qui lui manquait ? A moins que ce ne soit pour combler le grand vide après la mort de ses ascendants et l’immense solitude de celui qui reste l’unique survivant de sa lignée ?

Peut-être à cause du côté irréel de certaines scènes, ou de la dimension initiatique du roman, j’ai à plusieurs reprises pensé à Murakami en le lisant (j’entends déjà les puristes s’offusquer… désolée).

L’incursion de détails aussi inopinés que déconcertants (mais que vient donc faire cette histoire de citron là-dedans ?) permet d’alléger la tonalité du récit qui sous un faux air burlesque n’en est pas moins grave.

 

Petit conseil de dernière minute : relisez donc les deux premiers chapitres après avoir terminé le roman cela éclaire sur certains personnages (notamment la description de Oats). Tout se tient et le roman se referme comme un cercle. 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

A découvrir !

Visitez le site www.virginielauby.com

Cliquez sur les images pour en découvrir les premières pages... 

hantise

  lemouroir[1]

Edité chez Ex-Aequo , en format numérique aussi !


1ere-couverture-Nannig-copie-1.jpg

Réédité chez Chloé des Lys

Recherche