Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 octobre 2014 1 27 /10 /octobre /2014 22:30

ça ne peut pas raterÇa ne peut pas rater ! – Gilles Legardinier – Editions Fleuve- 19.90€ - 143 pages


Quatrième de couverture :

« J’en ai ras le bol des mecs. Vous me gonflez ! J’en ai plus qu’assez de vos sales coups ! C’est votre tour de souffrir !

Ma voix résonne dans tout le quartier. Et là, trempée, titubante, épuisée, je prends une décision sur laquelle je jure de ne jamais revenir : je ne vais plus rien leur passer. On remet les compteurs à zéro. On renverse la vapeur. Je vais faire payer ce fumier. Chaque joueur doit vous donner mille baffes. Je vais me venger de tout. Puisque aucun bonheur ne descendra d’un ciel illusoire, je suis prête à aller chercher le peu qui me revient jusqu’au fond des enfers.

La gentille Marie est morte, noyée de chagrin. A présent, c’est la méchante Marie qui est aux commandes. A partir de maintenant, je renvoie les ascenseurs et je rends la monnaie de toutes les pièces. Les chiens de ma chienne sont nés et il y en aura pour tout le monde. La vengeance est un plat qui se mange froid et je suis surgelée. La rage m’étouffe, la haine me consume. »

 

Voici le dernier né de Gilles Legardinier. Après avoir endossé le costume d’une jeune femme curieuse (Demain j’arrête) puis d’un anglais d’âge mûr (Complètement cramé) et enfin d’une adolescente tourmentée (Et soudain tout change), l’auteur se change en trentenaire qui vient de se faire proprement (façon de parler) plaquer par son mec après dix ans de vie commune.

Comme il nous habitué maintenant, le thème douloureux de la rupture amoureuse est allégé par des situations cocasses qui donne au texte une légèreté bienvenue. L’histoire de Marie est banale : découvrir par inadvertance la trahison de celui qui est le centre de sa vie, c’est arrivé à beaucoup d’entre nous… Mais il faut avouer que le personnage masculin est gratiné. Comme mufle, il se pose là. A se demander comment elle a pu faire pour le supporter… Heureusement, Marie n’est pas seule. Et quand elle se retrouve sans logement, une amie de sa sœur lui propose un plan d’enfer : son appartement à garder pendant un an dans le quartier le plus chic de la ville ! Vous me direz que c’est un peu tiré par les cheveux, on en voit jamais ce genre de chose dans la vraie vie… mais la pauvre Marie, à ce stade, si rien de bien ne lui arrive, elle n’a plus qu’à se jeter dans le canal (ok, ça c’est déjà fait…).

Outre une sœur sympa avec des relations, Marie a aussi une amie à son boulot et des collègues plutôt rendant service. Et sa vie privée faisant naufrage, c’est tout naturellement que sa vie professionnelle va devenir prépondérante.  

Comme dans chaque roman de Gilles Legardiner, les personnages secondaires ont de vraies personnalités et ne se contentent pas d’être des faire-valoir de l’héroïne. Attachants, énervants, surprenants ou effrayants, tous ont des caractères bien définis et un rôle important dans la narration. Comme d’habitude, rien n’est laissé au hasard.

Bref, un roman qui fait du bien et qui tombe à point en ces soirées d’automne qui s’allongent dans l’hiver comme un rayon de soleil dans la grisaille.

 

Et le chat dans tout ça ?

Je ne dirai rien sans la présence d’un avocat !

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by vhs - dans humour
commenter cet article

commentaires

A découvrir !

Visitez le site www.virginielauby.com

Cliquez sur les images pour en découvrir les premières pages... 

hantise

  lemouroir[1]

Edité chez Ex-Aequo , en format numérique aussi !


1ere-couverture-Nannig-copie-1.jpg

Réédité chez Chloé des Lys

Recherche