Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 avril 2015 3 01 /04 /avril /2015 21:48
Pour les amateurs de fantastique

Prière d’achever, John Connolly, Prix Edgar Allan Poe 2014, Editions Ombres noires, 158 pages, 8 euros.

Quatrième de couverture :

Comment expliquer à la police que l’on a été témoin de la chute d’une femme, sous un train, alors qu’aucune trace de l’effroyable accident n’est visible ? C’est ce qui arrive à M. Berger, tranquille célibataire qui vient de s’installer à la campagne dans le vain espoir d’écrire un roman.

L’évènement est d’autant plus troublant que, quelques jours plus tard, la même jeune femme se jette à nouveau sous la locomotive. Cette fois-ci, M. Berger décide de suivre cette mystérieuse créature au sac rouge. Il atterrit dans une étrange librairie tenue par un vieil érudit, qui l’accueille en ses murs les plus grands personnages de la littérature…

J’ai reçu avec un grand plaisir ce court roman par le site les lescteurs.com dans le cadre de l’évènement lyonnais Quai du polar

M. Berger a une vie ennuyeuse : un travail peu passionnant, pas d’amis, encore moins de maîtresse. Sa seule passion est la lecture et quand sa mère lui laisse un héritage suffisant pour changer de vie, il se réfugie dans la maison maternelle pour s’essayer sans succès à l’écriture. Alors pour passer le temps, il lit et se promène dans la campagne. SA vie aurait pu se poursuivre ainsi sans heurts mais un soir… il rencontre Anna Karenine.

C’est l’histoire d’un homme seul qui vit par procuration en lisant. Un homme qui a des hallucinations ou qui vit une aventure extraordinaire ? Les deux hypothèses peuvent être posées, donnant chacune un angle de lecture à ce roman qui a reçu en 2014, mais est-ce si étonnant, le prix Edgar Allan Poe.

Le monde de la littérature et ses personnages sont vus comme un refuge (déjà dans le livre des choses perdues, John Connolly avait abordé ce thème) mais le personnage de M. Berger n’a pas plus d’influence dans ce monde littéraire que dans la vraie vie. Soumis aux événements, il reste spectateur du monde qui l’entoure, réel ou fantastique. D’ailleurs, cette distance est suggérée par l’utilisation permanente du nom patronymique du personnage (on ne connait pas son prénom) ce qui rend l’identification du lecteur plus difficile.

Malgré une fin très prévisible, ce court roman est très agréable à lire.

Partager cet article

Repost 0
Published by vhs
commenter cet article

commentaires

A découvrir !

Visitez le site www.virginielauby.com

Cliquez sur les images pour en découvrir les premières pages... 

hantise

  lemouroir[1]

Edité chez Ex-Aequo , en format numérique aussi !


1ere-couverture-Nannig-copie-1.jpg

Réédité chez Chloé des Lys

Recherche